Coups de cœur : automne 2008

Votre bibliothécaire ayant acheté tout l'été
Se trouve fort pourvue de nouveautés.
Elle en a sélectionné le meilleur
Et vous propose 26 coups de cœur !

Si vous avez manqué la très belle exposition des « Trésors anciens et nouveaux de Wallonie » cette région si souvent oubliée sinon décriée, vous devez au moins feuilleter le catalogue de Laurent BUSINE qui rassemble tableaux et sculptures, surtout en bois, trésors sortis les plus souvent des anciennes églises de Wallonie et qui représentent le génie populaire et religieux et les traditions du pays (rangement 7)

 

Aux mamans et mamies, nous proposons « Les Héros de notre Enfance » de F. RIVIERE, tendres réminiscences de leurs jeunes années, à expliquer aux enfants d'aujourd'hui, (rangement 82.093).

Et pour occuper les mercredis ou les vacances, elles pourront renouveler les jeux en puisant dans « Jouons ensemble… autrement » de DUMONTEIL (rangement 796.11).

Couverture de « Mon grand-père ce héros » par Christine MASUY.

La RTBF nous a lu, au cours de l'été, quelques-uns des récits « Mon grand-père ce héros » de Christine MASUY : tendres et brefs souvenirs de grands-parents « extraordinaires », originaux ou célèbres, chacun dans son genre ; lisez cette série agréable et pleine de bon sens (rangement 92).

Qui a lu Christine ARNOTHY n'imagine pas la vie difficile, mouvementée mais intéressante de cette écrivaine partie en catastrophe de la Hongrie en 1956, auteure de tant de livres, la plupart best-sellers. Vie à découvrir dans « les Années Cannibales » (rangement 8-94).

Parmi les dons d'un concitoyen soucieux du développement de la culture française à Kraainem, un très beau livre « La France des Abbayes » de J.TARALON, classique parmi les classiques, pour les touristes passionnés par ces témoins du passé artistique et religieux que la France nous réserve dans chaque région visitée (rangement 914.4).

Dans les romans, promenons-nous à Bruges en lisant cet auteur flamand de romans policiers enfin traduit : P.ASPE « Le Carré de la Vengeance ». Autre chose que les classiques policiers anglo-saxons, il règne une impression de proximité dans cette étude féroce de la bourgeoise locale sur fond de guerre bien belge des polices, mais traitée avec humour.

Ne ratez surtout pas « Ce que le jour doit à la nuit » dernier ouvrage de Yasmina KHADRA, cet ancien colonel algérien, qui nous a déjà passionnés avec « les Hirondelles de Kaboul », « l'Attentat » ou « les Sirènes de Bagdad » romans engagés et profondément humains.

Cette fois, Khadra nous plonge dans son pays, l'Algérie, tout au long de l'histoire da sa difficile naissance à l'indépendance : la vie parallèle des Arabes et des Français avant celle-ci, vie qui s'oppose, se rencontre parfois ou se sépare, qui va du paradis des colons français à l'enfer des Algériens, plus ou moins esclaves, et des pieds noirs.

Le héros (plutôt anti-héros) déchiré entre ses racines parmi le petit peuple algérien et ses amitiés et son éducation dans la société française hésite entre la revendication d'indépendance légitime devant la misère et l'humiliation des Arabes et son attachement à son entourage bourgeois.

Mais contrairement à ses autres livres où la dimension politique était prépondérante, ici la prédominance romanesque est absolue. Khadra a voulu écrire un « grand roman d'amour sur fond de guerre où l'on est face à l'absurde le plus cru: « a guerre est une perdition, l'amour est une perpétuelle rédemption ».

Le portrait de Younes, le héros principal, est très bien rendu dans son ambigüité originelle ; il ne veut être ni pour, ni contre « ne faire de tort à personne », et paraît donc d'une frilosité grave pour les deux partis. Son but : « J'essaie de comprendre pourquoi ce pays paradisiarque s'est transformé en une arène monstrueuse qui a fait un million de morts parmi les Algériens et peut-être 150 à 300.000 morts du côté français !»

Détendez-vous avec un petit pastiche original « Seul après l'Elysée » de G.LEEUWEN. Emouvant journal fictif d'un ancien président de la république (Chirac pour ne pas le nommer), il rappelle les années écoulées qui se terminent dans une solitude plutôt ennuyeuse ; journal fictif d'un homme plutôt secret, contrairement à ses prédécesseurs hommes de plume, d'un président sans petitesse mais sans excès de grandeur : l'auteur montre une telle empathie pour lui, qu'on peut croire qu'il nous livre quelques vérités intimes.

A déguster !

Un livre très intéressant mêlant histoire universelle et suspense actuel, « Le Livre d'Hanna » de G.BROOKS : l'histoire d'un parchemin précieux juif décoré par une Musulmane, nous emmène de l'Andalousie d'avant la conquête espagnole, à la république de Venise, la seconde guerre mondiale, puis le siège de Sarajevo. Ce trésor de la tradition juive a traversé les âges et les tragédies sans jamais être détruit, grâce à des mains salvatrices souvent étrangères à cette tradition mais attachées à l'universalité du beau.

Ce roman passionnant est tout à la fois un polar littéraire, un voyage dans le temps, une initiation très approfondie à l'art religieux … et surtout une invitation à la sagesse !

Jonas Hassen KHEMIRI, le « Viking du Sud » ou le « Viking maghrébin » est un écrivain confirmé en Suède, fils d'une mère suédoise et d'un père tunisien (comme le héros du livre : « Montecore, un tigre unique »), raconte l'histoire d'un Tunisien immigré en Suède qui a disparu. Deux narrateurs tentent de reconstituer son parcours : son fils, écrivain en Suède l'accuse d'avoir abandonné sa famille et fait preuve de lâcheté devant la montée du racisme en Suède et Kadir, l'ami d'enfance du disparu qui tente de lui trouver des circonstances atténuantes.

On oublie souvent qu'en Suède, les immigrés sont proportionnellement aussi nombreux qu'en Belgique, et le racisme y est latent poussé par une extrême-droite très présente (cfr. les romans de H.Mankell ou Millénium).

Cette double chronique paraît parfois un peu lourde, mais l'humour toujours sous-jacent du Tunisien en prise avec les us et coutumes et surtout l'esprit des Suédois compense généreusement le problème !

Ne manquez pas le dernier livre de Sœur EMMANUELLE, paru quelques jours avant sa mort : « J'ai 100 ans et je voudrais vous dire… » (rangement 244).

Ses mémoires, prêtes pour être éditées après sa mort viendront le mois prochain.

Un pavé dans la mare… Nous nous coupons souvent en quatre pour occuper les loisirs de nos enfants : ateliers, stages, sport ou musique, et pourtant « S'ennuyer quel bonheur !» nous explique très opportunément P.LEMOINE (rangement 159.922).

Couverture de « Afghanistan, le Choix des femmes » par Hadja LABIB.

Parcourez le beau livre de notre Hadja LABIB télévisuelle : « Afghanistan, le Choix des femmes » : les photos sont splendides et le texte présente deux portraits aussi attachants l'un que l'autre de deux femmes remarquables, dévouées à leur pays mais complètement différentes dans leur destin et leur idéal.

Quelques livres figurent parmi les favoris pour les prix littéraires de novembre, faites aussi votre choix !

  • C.CUSSET : Un brillant avenir
  • A.FERNEY : Paradis conjugal
  • J.P.DUBOIS : Les Accommodements raisonnables
  • R.FORD : Etat des lieux
  • L.GAUDE : La Porte des enfers
  • O.POIVRE d'ARVOR : Le Voyage du fils

Deux romans d'auteurs belges :

  • PH.BLASBAND : Irina Poignet
  • A.JOB : Le Commandant Bill

Armel Job nous live son dernier roman, s'adresse-t-il aux adultes ou aux adolescents ? Tous y trouveront une belle histoire entre Ardenne, la seconde guerre mondiale, la Résistance.

A partir de ces éléments, l'auteur construit un scénario ingénieux, surprenant et plein d'ironie sous-jacente.

Encore un roman de guerre… oui mais vu et vécu par des gens de la campagne avec leur vocabulaire et surtout leur sensualité. Au-delà de l'imagination, on admirera l'analyse des personnages et la palette des sentiments humains, ainsi que le style fouillé et subtil, mais qui semble cependant familier.

Toutes ces qualités sont mises au service d'une idée : « c'est une illustration à toute petite échelle de l'absurdité des ordres de la guerre. Je partage l'avis de Tolstoï pour qui tous sont l'effet du hasard. » dixit l'auteur.

Un petit bijou-fantaisie : « Les Bijoux de famille » de L.MARECHAUX une saga familiale… très rapide, très succincte, mais très attachante d'une famille parisienne d'origine russe. Humour, émotions et histoire sont au rendez-vous.

D'Ingrid Betancourt, dont le sort et la libération ont à raison touché tant de gens, vous trouverez une biographie : « Ingrid Betancourt : le Courage et la Foi » de P.LUNEL.

Mais ne manquez pas de lire ou relire son livre, « Mon combat », déjà ancien, qui nous disait son idéal de vie et de politique.

Et nous attendrons les souvenirs de son emprisonnement qu'elle ne manquera sans doute pas d'écrire prochainement.

Après avoir parcouru le monde dans ses coins les plus instables, le journaliste que fut et reste J.CL.GUILLEBAUD, réfléchit en profondeur sur l'avenir de notre planète dans « Le commencement d'un monde ».

Contrairement au célèbre « Choc des Civilisations » de S.Huntington (1998) qui participe d'une volonté farouche de défense unilatérale de l'Occident, Guillebaud demande de voir que le monde nouveau peut être davantage porteur de promesses que de menaces, et correspond plus à l'émergence d'une modernité « autre » qui ne se confond plus qu'au seul Occident : les civilisations tendent à se rapprocher, ce qui donne un droit d'accès à cette modernité à des pays aussi divers que la Chine, l'Inde, l'Amérique latine…

L'Occident cesserait d'être le nombril de la terre !

L'une de nos concitoyennes, N.VERSAILLES, vient de publier « L'Enfant à l'endroit, l'enfant à l'envers ». Roman autobiographique : l'auteur nous met en présence de trois femmes, sa grand'mère Eugénie qu'elle n'a pas connue, se mère avec qui la relation est plutôt difficile et « elle ». D'Eugénie elle n'a qu'une vieille photo à partir de laquelle elle imagine sa vie et à qui elle adresse une longue lettre qui est la trame du livre.

Cette longue lettre est un questionnement, une recherche de la vie d'Eugénie qui nécessairement influencera et expliquera la vie de sa mère et donc la sienne.

Ce questionnement avec ses allers-retours, montre la difficulté de comprendre une vie (et surtout de se retrouver elle-même dans la sienne), à partir de souvenirs oraux, de non-dits secrets dus à la difficulté de se parler.

Avec beaucoup de sensibilité, l'auteure nous décrit les révoltes intérieures, les élans intimes qui découlent de cette souffrance de vivre dans un monde où la compréhension est si difficile.

Il y a tant de questions, et autant de débats intérieurs et… autant de réponses ! Dans le monde intérieur, il n'y pas une vérité mais plusieurs vérités comme elle le dit elle-même : « J'ignore où se cache ma vérité, sans doute dans un tiroir oublié, ou peut-être plusieurs, oui c'est çà, beaucoup de tiroirs oubliés, d'armoires poussiéreuses, de greniers inquiétants, de caves fermées à double tour. Serrures têtues. Clés rouillées, corrodées, rongées, qui tournent rauque, qui tournent fou… »

Elle met parfois un peu de férocité dans son écriture mais toujours teintée toujours d'humour et de tendresse.

 

Retour vers le début de la page

Conseils de lecture de votre responsable section adultes :
Mimi Vandeputte.

 
Warning: include(coups_coeur_detail_c2_fr.php): failed to open stream: No such file or directory in /customers/0/b/4/bibkraainem.be/httpd.www/coups_coeur_detail.php on line 108 Warning: include(): Failed opening 'coups_coeur_detail_c2_fr.php' for inclusion (include_path='.:/usr/share/php') in /customers/0/b/4/bibkraainem.be/httpd.www/coups_coeur_detail.php on line 108
 
 

Design par Gauthier Vandeputte et FastWrite