miniature de la couverture

La soeur
par Sandor MARAI

Albin Michel, Novembre 2011
roman

A Noël 1942, dans une auberge de Transylvanie engloutie sous la neige, un couple adultère vient de se suicider. Le narrateur y rencontre Z., musicien autrefois célèbre, disparu de la scène depuis trois ans. Peu après, il apprend la mort de Z. et reçoit par la poste les confessions du pianiste. Z.y raconte la maladie brutale et mystérieuse qui s’est abattue sur lui à Florence, à l’issue d’un concert, en 1939. Il passe trois mois à l’hôpital, où quatre infirmières (des religieuses) lui dispensent l’oubli à coup de morphine. Tandis qu’au dehors la guerre se déchaîne, Z. mène à huis clos un conflit intérieur contre son mal – conséquence peut-être de sa relation d’amour platonique avec une femme mariée frigide. Z. guérira-t-il, et pour retourner vers quelle vie ? Dans ce roman contemplatif, somnambulique et profond, Márai développe une réflexion sur le langage complexe du corps, l’impuissance de l’artiste, l’amour, instrument de vie et de mort, mais aussi sur le don de soi et la générosité qui sauve. Né en 1900 à Kassa, en Hongrie, Sándor Márai fait ses études à Leipzig, puis vit à Francfort, Berlin et Paris, avant de rentrer dans son pays où il devient, dans les années 30, un auteur adulé. Tombé dans l’oubli après 1948, date de son exil en Europe puis en Californie, il se suicide, à San Diego, en 1989. Son œuvre a été redécouverte dans les années 90. Le roman La Sœur, qui succède aux Braises, est le dernier que Márai publia en Hongrie, en 1946.

L'auteur : Né en 1900 à Kassa, en Hongrie, Sándor Márai fait ses études à Leipzig, puis vit à Francfort, Berlin et Paris, avant de rentrer dans son pays où il devient, dans les années 30, un auteur adulé. Tombé dans l’oubli après 1948, date de son exil en Europe puis en Californie, il se suicide, à San Diego, en 1989. Son œuvre a été redécouverte dans les années 90. Le roman La Sœur, qui succède aux Braises, est le dernier que Márai publia en Hongrie, en 1946.

Classement 8-31 MAR0109S