« Fraternelle mélancolie » par Stéphane LAMBERT
miniature de la couverture

Fraternelle mélancolie
par Stéphane LAMBERT

Arléa, janvier 2018
témoignage

L'amitié Melville-Hawthorne. Deux êtres qu'un même fond de mélancolie rapproche et que des tempéraments opposés séparent. Stéphane Lambert entrelace des éléments de vie romanesques, et des interrogations sur la création, la fraternité ou le désir.
Le 5 août 1850, alors qu'il travaillait à son livre sur la baleine, Herman Melville rencontre Nathaniel Hawthorne, propulsé au rang de plus grand écrivain américain après la publication de La Lettre écarlate. Entre les deux hommes naît une amitié littéraire aux accents passionnels. Quelques mois plus tard, Melville dédie Moby Dick à son nouvel ami. L'évidence de leur rencontre est aussi fulgurante que le sera la fin de leur histoire.
A cette relation complexe de deux êtres qu'un même fond de mélancolie rapproche et que des tempéraments opposés séparent, Stéphane Lambert entrelace des éléments de vie personnels et romanesques, et des interrogations sur la création, la fraternité ou le désir. Écrire devient alors une autre manière d'aimer.

L'auteur : Né en 1974 à Bruxelles, Stéphane Lambert est romancier, poète, essayiste. Il a publié chez Arléa : Nicolas de Stäel, le vertige et la foi (2014 ; poche, 2015), Monet, impression de l'étang (2016) et Avant Godot (2016, Prix Roland de Jouvenel 2017). Arléa a aussi repris en poche son texte Mark Rothko, rêver de ne pas être (2014).

Classement 8-99 LAM0205F